<

>

Vue de l'entrée orientale du Château

Avenue Principale

La colonie de cigognes, un des attraits du Parc

Vue du lac

"La Visuelle", dans le Parc du Château

Visite du Parc du château

Il s’agit d’un parc historique qui conserve l’essence de ses origines et qui a été conçu par l’architecte paysagiste franco-belge François Duvillers.

 

En 1875, les comtes de Rocabertí transforment le château médiéval militaire en un château à la mode française. Près du nouveau palais, ils décident de créer un parc. Ils possèdent déjà des terrains adjacents connus sous le nom de ” lo Bosch del Conde “, différents potagers et vergers qu’ils échangent contre des terres et des fenils auprès de petits propriétaires du village.

 

Dans le projet de Duvillers, nous découvrons 158 variétés de plantes et d’arbres, un nombre exagéré que Duvillers propose dans ses descriptions et qui ne répond pas à la réalité des espaces pleins et vides des plans.  On compte jusqu’à 63 zones différenciées comme l’avenue des orangers, un labyrinthe, le jeu de cricket, un gymnase, un kiosque, la maison des jardiniers ou la Grotte …  Tout n’a pas été construit ou planté dès les origines. Quelques uns des espaces et quelques unes des variétés botaniques se sont perdus au long des avatars du temps et d’autres éléments ont été ajoutés postérieurement selon les besoins des nouveaux propriétaires, comme le lac (Marqués de la Torre, 1909) ou l’Auditorium du Festival International de Musique.

 

Aujourd’hui, l’attraction naturelle est une colonie de cigognes blanches qui habite notre parc. En 1995, en collaboration avec le Parc Naturel des Aiguamolls del Empordà,  a été lancé un projet de protection de cet oiseau. Depuis lors, la colonie n’a cessé de croître et, en 2014, elle comptait 32 nids pour un total de 66 naissances.

 

Sur le parcours, nous trouvons, en plus des cigognes, un jardin français de roses, des taxus, des brachychitons, des magnolias, des pins, des cyprès et un chêne de plus de deux cents ans antérieur au parc.

 

Nous verrons aussi la volière du XIXème siècle, habitée par des faisans et des colombes de diverses espèces ainsi que la grotte construite en 1877. Nous terminerons par l’imposante façade médiévale du château. Alors, vous venez ?